top of page

L’Appel des 176 en soutien à Anticor

Coudes à Coudes est signataire de cette tribune, parue dans Mediapart, le 13 janvier 2024, aux côtés de 176 personnalités et organisations.



« La décision de la cour d’appel porte atteinte à notre démocratie ». Alors que l'association Anticor a perdu l’agrément qui lui permet d’agir efficacement en justice contre les affaires de corruption des élus, 176 personnalités demandent au nouveau gouvernement de rendre son agrément à l’association : « la corruption nous coûte cher et nous devons la combattre [...] le contre-pouvoir ne doit plus dépendre du pouvoir ».


Sur décision de la cour administrative d’appel, l’association Anticor a perdu l’agrément qui lui permet d’agir efficacement en justice contre les affaires de corruption des élus. L'association avait anticipé cette annulation en déposant une autre demande, qui a été rejetée par le précédent gouvernement, sans aucune explication, fin décembre. Cette décision porte atteinte au bon fonctionnement de notre démocratie.


Nous nous indignons du sort réservé à cette association et du message envoyé à l’ensemble des contre-pouvoirs. Cette association mène depuis plus de vingt ans un travail essentiel et porte, grâce à un bureau et des référents bénévoles ainsi que par la mobilisation de ses adhérents, des affaires importantes devant les tribunaux, au nom de l’intérêt commun. Parmi ces affaires, il y a entre autres, les conditions de l'attribution de la coupe du monde de football au Qatar, les contrats de concessions autoroutières de 2015, la cession de la branche énergie d’Alstom ou encore les soupçons de prises illégales d’intérêt du garde des sceaux, Eric Dupond-Moretti.


Aujourd’hui, Anticor est affaiblie : l’association ne peut plus s’opposer au classement sans suite d’une affaire politico-financière. Cela signifie qu’Anticor ne pourra plus s’assurer que les responsables publics, même les plus puissants, rendent compte à la justice et à travers elle, aux citoyens, dans des affaires qui coûtent cher à l’ensemble de la société. Nous devons nous battre pour qu’elle récupère ce pouvoir.


La corruption nous coûte cher et nous devons la combattre. Rappelons qu’en France, le coût de la corruption est évalué à près de 120 milliards par an. Cette dernière nous prive, toutes et tous, quels que soient nos bords politiques, de fonds pour le bon fonctionnement de nos services publics, pour soutenir les plus précaires ou pour investir dans la transition écologique et l’adaptation face au changement climatique.


Qu’une association qui lutte contre la corruption soit sous le feu des projecteurs nous paraît normal. Qu’on lui demande l’exemplarité aussi. Mais rappelons les conditions de l’exercice de ses missions : ses membres mènent bénévolement des enquêtes de terrain, ouvrent la voie à des lanceurs d’alerte et subissent des pressions.


Anticor ne perçoit aucune subvention publique et aucun don d’entreprise. C’est une association citoyenne qui fait un travail important pour rendre transparent la provenance de ses moyens financiers et assurer qu’aucun donateur n’exige de contrepartie à son soutien. À partir du moment où elle mène honnêtement son combat, l’association ne mérite pas d’être privée de sa capacité d’agir en justice.

Le contre-pouvoir ne doit plus dépendre du pouvoir.


Nous demandons donc au nouveau gouvernement de bien vouloir rendre son agrément à l’association. C’est en son pouvoir.


Nous demandons aussi à nos députés de modifier le fonctionnement actuel de l’agrément qui nous paraît contraire aux intérêts de notre démocratie. Que ce soit le garde des sceaux ou des membres du pouvoir exécutif qui accordent à Anticor son agrément, sa capacité à saisir la justice, nous semble présenter un risque évident de conflit d’intérêts. Nous estimons que c’est une autorité indépendante ou le Défenseur Des Droits qui devrait donner aux associations qui le réclament le précieux sésame qui leur permet de jouer pleinement leur rôle de contre-pouvoirs. En un mot, nous ne pouvons pas considérer normal que nos contre-pouvoirs dépendent de la volonté du pouvoir.


Signataires : 

Serge Aberdam, historien, ingénieur de recherche retraité

Patrick Alder, humoriste

Anthony Amicelle, maître de conférences en science politique à Sciences Po Bordeaux, professeur associé à l'Université de Montréal

Geneviève Azam, essayiste

Marie-Hélène Bacqué, professeure d'université Paris Nanterre

Etienne Balibar, philosophe

Ludivine Bantigny, historienne

Allan Barte, auteur et dessinateur

Patrick Baudouin, avocat et président de la Ligue des droits de l’Homme

Léonore Baulac, danseuse étoile

Lucas Belvaux, cinéaste

Pierre Bergounioux, enseignant et écrivain

Thomas Bidegain, scénariste et réalisateur

Jacques Bidet, philosophe

Didier Bigo, professeur de relations internationales au King's College de Londres et à Sciences Po Paris

Michael Bishop, professeur McCulloch émérite, Université Dalhousie (Canada)

Marianne Blidon, universitaire

Bertrand Bonello, cinéaste

Christophe Bonneuil, historien

Alain Bosc, journaliste

Gérard Bras, philosophe

Érik Bullot, cinéaste

Jean-Pierre Canet, journaliste et réalisateur

Laurent Cantet, cinéaste

Jean-Michel Carré, auteur-réalisateur

Barbara Cassin, philosophe

Lola Cés, chanteuse

Frédéric Chapuis, journaliste

Christophe Charle, historien, professeur émérite Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Natacha Chetcuti-Osorovitz, sociologue

Yves Citton, professeur de littérature et media, université Paris 8 Vincennes-Saint Denis

Philippe Corcuff, professeur de science politique, Sciences po Lyon

Claude Corman, cardiologue, écrivain et peintre

Geneviève Coudrais, avocate retraitée

Anaïs de Courson, metteuse en scène

Jérémie Couston, journaliste

Thomas Coutrot, économiste

Céline Curt, avocate, membre du SAF

Pierre Dardot, philosophe et universitaire

Christophe Dejours, professeur université Paris-Nanterre

Florence Delay de l’Académie française, écrivain

Émilie Deleuze, cinéaste

Marianne Denicourt, comédienne

Caroline Deruas, cinéaste et scénariste

Philippe Descola, anthropologue, professeur émérite au Collège de France

Daniel Deshays, étude des pratiques du sonore

Georges Didi-Huberman, philosophe et historien de l'art, EHESS

Guillaume Diop, danseur étoile

Keith Dixon, professeur honoraire

David Dufresne, écrivain et réalisateur

Frédérique Dumas, productrice cinéma audiovisuel, ancienne députée

Serge Dutrieux, musicien

Mathias Énard, écrivain

Annie Ernaux, écrivaine

Camille Etienne, activiste

Christian Eyschen, porte-parole de l’Association internationale de la Libre Pensée

Marie Facundo, chanteuse

Didier Fassin, anthropologue et médecin

Éric Fassin, sociologue

Philippe Faucon, réalisateur et producteur

Malcom Ferdinand, ingénieur en environnement, docteur en science politique, chercheur au CNRS IRISSO

Geneviève Fraisse, philosophe

Bastien François, professeur de science politique, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Bernard Friot, sociologue

Nicolas Frize, compositeur

Jean-Michel Frodon, critique, professeur associé à Sciences-Po Paris et à l’Université de Saint Andrews (Écosse)

Céline Gaille, photographe

Thierry Garrel, producteur documentaire Emeritus

Alain Gigandet, maître de conférences honoraire en histoire de la philosophie ancienne

Dominique Glaymann, sociologue

Jérôme Gleizes, économiste, université Paris Sorbonne Nord, conseiller de Paris

Sophie Gosselin, philosophe, EHESS

Alain Gresh, journaliste

André Grimaldi, professeur émérite de médecine

Robert Guédiguian, cinéaste

Nacira Guénif, professeure des universités, Paris 8, LEGS

Bertrand Guillarme, professeur de philosophie politique à l'Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis

Hervé Hamon, écrivain

Jean-Marie Harribey, intermittent du spectacle de l’économie

Vincent Jauvert, journaliste

Mehdi Kerkouche, chorégraphe

Pierre Khalfa, économiste, Fondation Copernic

Daniel Kupferstein, réalisateur

Hugues Jallon, écrivain et éditeur

Chantal Jaquet, philosophe

Laurent Jeanpierre, politiste

Éva Joly, avocate

Thomas Lacoste, auteur et réalisateur, La Bande Passante

Annie Lacroix-Riz, chercheuse et professeur émérite d’histoire contemporaine, Paris 7

Bernard Lahire, sociologue

Serge Lalou, producteur

Nicolas Lambert, documentariste et metteur en scène

Bernard Lamizet, ancien professeur à l’Institut d’Études Politiques de Lyon

Guy Latry, professeur honoraire université Bordeaux-Montaigne

Sandra Laugier, professeure de philosophie, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Pierre Laurent, sénateur honoraire

Christian Laval, sociologue

Lena Lavinas, professeure d’économie, Université de Rio de Janeiro et de Londres

Yvan Le Bollock, acteur

Hervé Le Corre, romancier

Olivier Le Cour Grandmaison, universitaire

Marie-Astrid Le Theule, enseignante-chercheuse au CNAM

Jérôme Lèbre, philosophe

Gilles Lemaire, écologiste altermondialiste

Claire Lemercier, historienne, directrice de recherche au CNRS

Didier Lestrade, écrivain et journaliste

Danièle Lochak, professeure de droit émérite de l'université Paris Nanterre

Germain Louvet, danseur étoile

Michael Lowy, sociologue

Madjo, autrice compositrice

Catherine Malabou, philosophe, professeure à l'Université de California à Irvine

Noël Mamère, écologiste

Achraf Manar, président de Destins Liés

Gilles Manceron, historien

Monèle Mandagot, retraitée libraire

Yves Mandagot, photographe

Patrice Maniglier, philosophe

Dominique Manotti, romancière

Philippe Marlière, politiste

Corinne Masiero, actrice

Gustave Massiah, économiste

Frédérique Matonti, professeure de science politique, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Laurent Mauduit, écrivain et journaliste

Gérard Mauger, sociologue

Achille Mbembe, directeur de recherche, Wits Institute for Social and Economic Research

Caroline Mecary, avocate aux barreaux de Paris et du Québec, membre de l'American Bar Association

Aurélien Merle, chanteur et humoriste

Guillaume Meurice, humoriste

Christophe Mileschi, professeur des université, traducteur et écrivain

Mélodie Molinaro, chanteuse

Marie-José Mondzain, philosophe

Christian de Montlibert, sociologue

Gérard Mordillat, cinéaste et écrivain

Paloma Moritz, journaliste et réalisatrice, Blast

Gérard Noiriel, historien, directeur d'études à l'EHESS

Claire Nouvian, directrice et fondatrice de Bloom, militante écologiste

Bertrand Ogilvie, psychanalyste, professeur émérite de Philosophie, Université de Paris 8

Renaud Orain, sociologue et démographe, enseignant-chercheur à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Eugenia Palieraki, historienne

Julie Paratian, productrice

Panayotis Pascot, humoriste

Paul Pascot, acteur et metteur en scène

Philippe Pascot, écrivain

Laurent Pasquet-Marinacce, avocat

Willy Pelletier, sociologue, coordination générale de Coudes à Coudes

Swann Périssé, humoriste

Bruno Perreau, Cynthia L. Reed, professeur en French Studies, Massachusetts Institute of Technology, USA

Pablo Pillaud-Vivien, journaliste

Monique Pinçon-Charlot, sociologue

Louis Pinto, sociologue

Edwy Plenel, journaliste

Raymonde Poncet Monge, sénatrice EELV du Rhône

Nathalie Quintane, autrice

Axelle Ropert, cinéaste

Dominique Rousseau, professeur émérite de droit public, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Samaha Sam, chanteuse

Régis Sauder, cinéaste

Frédéric Sawicki, professeur de science politique, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Yves Sintomer, professeur de science politique, Université de Paris 8

Bruno Solo, acteur

Alexis Spire, directeur de recherche, CNRS

Philippe Texier, magistrat honoraire

Fabrice Thumerel, auteur et chercheur

Louis-Georges Tin, ancien président du CRAN et fondateur de la Journée mondiale contre l'homophobie

Ludo Torbey, co-fondateur d’Osons Causer / Osons Comprendre

Alain Trautmann, Institut Cochin, CNRS INSERM

Enzo Traverso, historien

Félix Tréguer, membre de La Quadrature du Net

Samuel Valensi, auteur et metteur en scène

Marguerite Vappereau, maître de conférence, université Bordeaux Montaigne

Françoise Vergès, Senior Fellow Researcher, Sarah Parker Centre, Londres

Marie-Christine Vergiat, ancienne députée européenne, vice-présidente de la Ligue des droits de l’Homme

Audrey Vernon, comédienne

Dominique Vidal, journaliste et historien

Éric Vuillard, écrivain

Thomas Wagner, fondateur du média Bon Pote

Sophie Wahnich, historienne, directrice de recherche au CNRS, Pacte, Uga, Sciences Po Grenoble

Louis Weber, éditeur, éditions du Croquant

William Zartman, Johns Hopkins University, Washington DC, USA

Comentarios


bottom of page